Unités de recherche

La Faculté de communication regroupe une trentaine d’unités de recherche à l’image des expertises variées de son corps professoral et de ses étudiantes et étudiants de cycles supérieurs.

Chaires de recherche du Canada

Chaire de recherche du Canada sur la citoyenneté culturelle des personnes sourdes et les pratiques d’équité culturelle

Titulaire : Véronique Leduc, Département de communication sociale et publique

La Chaire de recherche du Canada sur la citoyenneté culturelle des personnes sourdes et les pratiques d’équité culturelle se concentre sur l’étude des principaux enjeux relatifs à la citoyenneté culturelle des personnes sourdes et aux pratiques d’équité culturelle soutenant leur pleine participation. Dans la foulée de la loi fédérale sur l’accessibilité, reconnaissant officiellement les langues des signes québécoise, américaine et autochtones, la Chaire a pour objectif :

  1. de documenter les enjeux de citoyenneté culturelle des personnes sourdes;
  2. de développer des pratiques exemplaires d’équité culturelle;
  3. et d’élaborer des lignes directrices en éthique de la recherche avec les personnes sourdes.


Chaire de recherche du Canada sur les médias, les handicaps et les (auto)représentations

Titulaire : Mouloud Boukala, École des médias

La Chaire de recherche du Canada sur les médias, les handicaps et les (auto)représentations a pour objectif de mieux comprendre les usages des médias par un groupe vulnérable ainsi que les enjeux qu’ils représentent. Au moyen d’une approche collaborative avec, par et pour les personnes s’auto-identifiant comme ayant un handicap, elle met en lumière l’émergence et l’importance des (auto)représentations médiatiques des handicaps au Canada (1980-2020), les manières dont les (auto)représentations contemporaines des handicaps affectent les personnes handicapées et peuvent servir de levier pour leur reconnaissance sociale, ainsi que des mesures pouvant améliorer leurs représentations et leur inclusion dans les contenus médiatiques canadiens.

Site web > https://chairemediashandicaps.uqam.ca/
Facebook > https://www.facebook.com/CRCMHA


Chaire de recherche du Canada sur les communautés de joueurs et les données massives

Titulaire : Maude Bonenfant, Département de communication sociale et publique

La pratique des jeux vidéo ne cesse de croître dans toutes les couches de la population alors que 54 % des Canadiennes et Canadiens jouent à des jeux vidéo et que la parité joueurs-joueuses est depuis longtemps atteinte. De simple passe-temps « pour adolescents », le jeu vidéo est désormais devenu un média de masse qui se déploie sous diverses formes. Chaque jeu donne naissance à une communauté de joueuses et joueurs, ce qui est d’autant plus vrai aujourd’hui, alors que tous les appareils de jeux se connectent à Internet.

Parallèlement à cette explosion des jeux vidéo en ligne, le phénomène du Big Data, c’est-à-dire la captation, le stockage et le traitement automatisé de données massives par des logiciels informatiques, s’impose dans de nombreux domaines. L’industrie du jeu vidéo s’intéresse à ces nouvelles techniques d’analyse et traque désormais un ensemble d’informations en rapport avec les comportements des joueuses et joueurs – qui deviennent alors vulnérables à des actions pouvant porter atteinte à leur vie privée. Dans ce contexte, il s’avère essentiel de mieux saisir les enjeux entourant l’usage du Big Data dans le domaine vidéoludique.

Les études du jeu en sciences sociales souffrent pourtant, à cet égard, d’un certain retard puisque ce pôle de recherche présente plusieurs défis considérables : épistémologiques, méthodologiques, techniques, etc. En ce sens, les recherches menées par la Chaire sur les communautés de joueurs et les données massives participent à la production de nouvelles connaissances sur ce sujet et sur les dynamiques de surveillance dans le domaine du jeu vidéo. Elles contribuent également au développement d’une méthodologie de recherche nouvelle tirant bénéfice de l’analyse des données massives tout en favorisant le respect de la vie privée des joueuses et joueurs, en recherche et dans l’industrie vidéoludique canadienne.

Site web > http://crcbigdata.homoludens.ca/

Chaire stratégique UQAM

Chaire de recherche UQAM sur les usages technologiques numériques et mutations de la communication (2015-2019)

Titulaire : Florence Millerand, Département de communication sociale et publique

Créée en janvier 2015 dans le cadre du programme des Chaires stratégiques UQAM, la Chaire de recherche UQAM sur les usages des technologies numériques et les mutations de la communication s’est intéressée aux transformations de la communication liées au numérique dans la société contemporaine. À travers un programme de recherche novateur et interdisciplinaire, les travaux de cette Chaire ont permis de mieux comprendre comment les technologies numériques, et surtout la façon dont on les utilise, transforment les modes de production et de diffusion des connaissances et produisent de nouvelles cultures numériques.

Site web > https://chaireusagesnumeriques.uqam.ca/
Twitter > https://twitter.com/usagenumerique

Chaire de recherche-innovation

Chaire René-Malo en cinéma et en stratégies de production culturelle

Titulaire : Denis Chouinard, École des médias

La Chaire René-Malo en cinéma et en stratégies de production culturelle soutient le développement des jeunes créatrices et créateurs en cinéma en appuyant la mise en œuvre et la réalisation d’initiatives et de mesures susceptibles de contribuer au foisonnement des talents d’ici. La Chaire René-Malo vient également en aide aux jeunes productrices et producteurs désireux d’œuvrer au rayonnement de la culture québécoise au Québec, au Canada et sur la scène internationale.

Site web > http://chairerenemalo.uqam.ca/

Chaires UNESCO (internationales)

Chaire UNESCO en communication et technologies pour le développement

Titulaire : Christian Agbobli, Département de communication sociale et publique

La Chaire UNESCO en communication et technologies pour le développement à l’UQAM s’inscrit dans le prolongement de la politique adoptée en 1989 par le Conseil général de l’UNESCO visant la promotion des cultures démocratiques et le développement des infrastructures médiatiques, la libre expression, le pluralisme dans le traitement de l’information et le respect des droits de la personne. Le développement de nouveaux modèles communicationnels s’impose de plus en plus comme condition essentielle à de nouveaux équilibres internationaux et à de nouvelles libertés.

Site web > http://unesco.com.uqam.ca/


Orbicom

Aujourd’hui, nous avons plusieurs façons de communiquer, mais nous avons aussi plus de difficultés à comprendre l’impact qu’ont les différents moyens de communication sur notre monde et nos communautés. Nos sociétés sont de plus en plus dépendantes de l’information. Ainsi, les industries basées sur le savoir sollicitent des méthodes innovatrices d’échange d’informations, de technologies et d’expertises. Nous avons besoin de nouveaux modèles pour partager ce que nous savons. Créé pour répondre à ces besoins, Orbicom est un réseau international qui rassemble l’élite des cercles universitaires, médiatiques et corporatifs en communication avec pour projet de stimuler l’échange d’informations et le développement de projets conjoints en communication.

Site web > http://orbicom.uqam.ca/

Centres institutionnels

CELAT – Centre de recherche Cultures-Arts-Sociétés

Direction du CELAT-UQAM : Katharina Niemeyer, École des médias

Le CELAT, Centre de recherche Cultures – Arts – Sociétés, autrefois Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions, est issu de la Chaire des archives de folklore de l’Université Laval, créée en 1944. Il est constitué formellement en tant que centre depuis 1975 et a été le premier à être reconnu par l’Université Laval dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Depuis 2000, il existe en tant que centre tri-universitaire et interdisciplinaire intégrant des chercheures et chercheurs de Laval, de l’UQAM, de l’UQAC, de l’Université de Montréal et de McGill. Le Centre interagit avec le monde universitaire, mais également avec d’autres acteurs tels que les municipalités (archéologie, études urbaines, etc.), les ministères (mise en valeur du patrimoine matériel et immatériel), les ONG (immigration, minorités), les musées (arts, débats sociaux), les institutions internationales (UNESCO, AUF, ICOMOS, National Science Foundation, etc.). Sa nouvelle orientation permet d’intégrer la production culturelle de certains membres (littérature, vidéo et multimédia, théâtre) en fonction des besoins de ses axes de recherche, offrant ainsi une place à l’expérimentation dans le champ de la culture et au rapprochement entre les cultures.

Site web > http://www.celat.ulaval.ca/category/uqam/
Facebook > https://www.facebook.com/CelatUqam/
YouTube > https://www.youtube.com/channel/UCKrqqxdAHKagxgbkdp2-crw


Centre de recherche sur la communication et la santé (ComSanté)

Direction : Alexandre Coutant, Département de communication sociale et publique

ComSanté poursuit une double mission de recherche interdisciplinaire et de mobilisation des connaissances en matière de communication et santé (health communication), que Lise Renaud et Carmen Rico de Sotelo définissent comme « l’étude et l’utilisation de stratégies de communications interpersonnelles, organisationnelles et médiatiques visant à informer et à influencer les décisions individuelles et collectives propices à l’amélioration de la santé ». ComSanté réunit des chercheures et chercheurs de plusieurs établissements d’enseignement québécois, dans une perspective résolument interdisciplinaire. Le centre tisse également des partenariats avec différents acteurs du secteur de la santé publique et de la sphère médiatique. 

Facebook > https://www.facebook.com/ComSante.UQAM/
YouTube > https://www.youtube.com/user/grmsmediasante


Hexagram UQAM

Codirection : Sofian Audry (École des médias) et Christopher Salter (Université Concordia)

Hexagram UQAM, en partenariat avec l’Université Concordia (Hexagram-Concordia), regroupe des chercheures et chercheurs spécialisés dans la création et l’étude d’œuvres d’art faisant appel à diverses technologies numériques ou analogiques. Il a pour mission d’animer et de coordonner la recherche-création dans le domaine des arts médiatiques, de soutenir la création expérimentale et de susciter, dans ce domaine, les innovations artistiques et le développement de méthodologies nouvelles et renouvelables. Le centre met à la disposition des artistes une importante infrastructure, espaces et équipements, essentielle à la réalisation des œuvres.

Site web > https://www.hexagram.ca/

Centres facultaires

Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS)

Direction : Éric George, École des médias

Le CRICIS s’est fixé pour objectif premier de constituer un pôle d’excellence dédié aux analyses des rapports entre communication, information, culture et société. Pour ce faire, il privilégie les perspectives critiques à la fois pour favoriser la pratique systématique de la réflexivité qui doit être au cœur de toute démarche de recherche et pour mettre en évidence tant les inégalités sociales face aux processus et aux phénomènes communicationnels que les rapports de pouvoir et les potentialités en matière de changements sociaux. Il se distingue en accordant une place centrale à la fois aux recherches macro et micro, à l’importance des contextes structurants, cela en étant attentif aux innovations d’ordre individuel et collectif du temps présent et en situant ses problématiques dans le long terme.

Site web > http://www.cricis.uqam.ca/
Facebook > https://www.facebook.com/cricis.uqam/
Twitter > https://twitter.com/CentreCRICIS
YouTube > https://www.youtube.com/channel/UCmd6Oc-b3fFG-Q_IoVwxMjA
Balado UQAM > https://balados.uqam.ca/emissions/cricis


Équipe MÉTISS (migration et ethnicité dans les interventions en santé et services sociaux)

Direction : Catherine Gail Montgomery, Département de communication sociale et publique

L’équipe MÉTISS est hébergée par le CIUSSS-du-Centre-Ouest-de-l’Ile-de-Montréal et réalise, en partenariat avec différents milieux de pratique, des recherches portant sur les enjeux spécifiques au processus d’immigration en rapport avec les services de santé et les services sociaux. Les activités de l’équipe s’organisent autour de trois axes de projets de recherche :

  • les savoirs et les pratiques;
  • le plurilinguisme et l’interprétariat;
  • et l’insertion socioprofessionnelle.

Site web > https://sherpa-recherche.com/sherpa/equipes-recherche/metiss/
Facebook > https://www.facebook.com/EquipeMETISS/
Twitter > https://twitter.com/EquipeMETISS?lang=fr
Vimeo > https://vimeo.com/equipemetiss


Laboratoire sur la communication et le numérique (LabCMO)

Direction : Florence Millerand, Département de communication sociale et publique, et Guillaume Latzko-Toth Université Laval

Le LabCMO (anciennement Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur) regroupe des chercheures et chercheurs qui s’intéressent aux usages des technologies et des médias numériques sous l’angle des mutations qu’ils suscitent dans la société. Les travaux du LabCMO mobilisent des approches interdisciplinaires, majoritairement d’orientation qualitative ou mixte, pour aborder :

  • les médias numériques et leurs publics;
  • les pratiques informationnelles et culturelles émergentes et les nouveaux dispositifs de médiation;
  • la sociabilité, l’identité et l’agir politique en ligne;
  • l’engagement citoyen en contexte numérique;
  • les enjeux sociopolitiques du capitalisme informationnel et des mouvements alternatifs (logiciel libre, production par les pairs, science citoyenne, données ouvertes, etc.);
  • le travail et les dynamiques de collaboration dans les environnements numériques.

Fondé en 2002, le LabCMO s’étend sur deux campus principaux, soit à l’UQAM et à l’Université Laval. Au total, près de 20 chercheures et chercheurs, 70 étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs et stagiaires postdoctoraux provenant de cinq institutions universitaires y sont affiliés. Le LabCMO accueille sur une base continue des étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs en communication, en sociologie, en STS (science, technologie et société) et de disciplines connexes, ainsi que des stagiaires doctoraux et postdoctoraux.

Site web > https://labcmo.ca/
Twitter > https://twitter.com/labCMO
Facebook > https://www.facebook.com/LabCMO/
YouTube > https://www.youtube.com/channel/UCsy6S-OzkollKg7f8Gu3-EA

Centres, équipes, groupes et laboratoires de recherche

Atelier de chronotopies urbaines : scènes et cultures populaires (ACU)

Direction : Martin Lussier et Anouk Bélanger, Département de communication sociale et publique

L’Atelier de chronotopies urbaines (ACU) est un espace collaboratif et un dispositif technologique visant à documenter, à comprendre, à créer et à mettre en valeur la participation des scènes et des cultures populaires à la ville contemporaine. Les récentes mutations du tissu culturel, social et économique des villes représentent la trame sur laquelle s’y déploieront les projets de recherche, en s’attardant aux collectifs et aux pratiques culturels en marge de ces transformations. Les travaux sont menés selon trois principes : la collaboration communauté-université, la diversité des savoirs et la transformation sociale.


Centre de recherche en imagerie populaire (CRIP)

Direction : Jean-Pierre Boyer, École des médias

Actif depuis 1978 et fondé officiellement en 1983, le CRIP est un organisme sans but lucratif dont le mandat est de documenter, de mettre en valeur et de diffuser la culture populaire et les pratiques alternatives d’information et de communication. En 1993, le CRIP s’est associé à l’UQAM (en vertu d’un protocole d’entente spécifique prévoyant la cession des quelques 25 000 affiches du CRIP au Service des archives de l’UQAM) et se trouve maintenant rattaché à l’École des médias de la Faculté de communication.

Revenir à la liste


Culture, langue, identité et communauté : groupe de recherche sur l’apprentissage de langues secondes (CLIC-GR)

Direction : Martyna Kozlowska et Jaime Demperio, École de langues

De récentes études sur l’apprentissage des langues secondes indiquent que la notion d’intégration dans la société de la langue cible se transforme. On considère notamment que les apprenantes et apprenants n’abandonnent ni leur culture ni leur langue maternelle, mais cherchent plutôt à redéfinir leur identité dans la nouvelle langue et le nouvel environnement. Les recherches du regroupement Culture, langue, identité et communauté : groupe de recherche sur l’apprentissage de langues secondes (CLIC-GR) porte ainsi sur la façon dont l’expérience de l’apprentissage et de l’enseignement d’une langue seconde influence le sentiment d’identité et le sentiment d’appartenance à la communauté de la langue cible.

Le CLIC-GR a pour objectif :

  • d’étudier et de documenter comment l’identité des apprenantes et apprenants de langue seconde affecte sa motivation dans le processus d’apprentissage;
  • d’étudier et de documenter la manière dont le contact interculturel a un impact sur la motivation, l’agentivité et l’identité des apprenantes et apprenants;
  • de créer des outils pour promouvoir la prise de conscience des droits, des libertés et des responsabilités civiques des apprenantes et apprenants dans la nouvelle communauté linguistique (la connaissance civique);
  • et de collaborer avec les services et les institutions concernés afin d’échanger des idées et des connaissances.

***

Culture, Language, Identity and Community: Research Group on Second Language Learning

The notion of integration into the society of a target second language has been reconceptualized in recent research on second language (L2) learning. There exists now a general consensus that L2 learners do not abandon their culture or native language, but rather seek to redefine their identity in a new language and environment.

CLIC-GR’s research interest lies in understanding how L2 learning experiences and teaching practices influence the sense of identity and the sense of belonging to a target language community. The group studies how these dynamic factors relate to the learner’s motivation to learn and their attitudes toward the target language and its use. It endeavours to contribute to L2 pedagogy in ways that foster language learners’ cultural awareness, receptivity and civic competency.

The three research axes of the CLIC-GR are:

  • The identity of the L2 learner and its impact on motivation in the learning process;
  • Intercultural contact and its impact on a learner’s motivation, agency and identity;
  • Civic literacy among L2 learners and its impact on learner’s engagement in the learning process, motivation, agency and identity.

Revenir à la liste


Espace de recherche et d’expérimentation sur les usages numériques (Espace UN)

Direction : Florence Millerand, Département de communication sociale et publique

L’Espace de recherche et d’expérimentation sur les usages numériques (Espace UN) est une infrastructure de recherche au service du LabCMO, le Laboratoire sur la communication et le numérique, lequel regroupe des chercheures et chercheurs s’intéressant aux usages des technologies et des médias numériques sous l’angle des mutations qu’ils suscitent dans la société.

L’Espace UN inclut un laboratoire de recherche et d’expérimentation, une plateforme web de recherche et de collaboration, ainsi que des équipements et du matériel de recherche pour étudier les usages des technologies et des médias numériques en contexte, c’est-à-dire « sur le terrain », en misant sur le déploiement de stratégies de densification des données (thick data). En permettant une description analytique dense et contextuelle des traces et des usages numériques, ces recherches visent à rendre compte de l’expérience sociale des individus en rapport avec le numérique, tout en interrogeant les implications soulevées par les conditions de la recherche empirique menée avec et sur le numérique.

Revenir à la liste


Groupe de recherche Mesure et évaluation en langue seconde ou étrangère (MELSE)

Direction : Suzanne Springer, École de langues

La validité est un des aspects les plus importants pour déterminer la qualité d’un test de langue seconde ou étrangère. Essentiellement, il s’agit de savoir ce que le test cherche à évaluer et dans quelle mesure il le fait. Il faut entre autres s’assurer qu’ils reflètent les derniers développements en mesures des compétences linguistiques et qu’ils soient accessibles à toutes et tous, y compris à celles et ceux qui nécessitent des accommodements particuliers, par exemple les personnes vivant avec une déficience visuelle, auditive ou bien un trouble d’apprentissage du langage. De plus, comme les scores aux tests de langues peuvent être utilisés à de nombreuses fins (classement pour le choix des cours, admission à l’université, conditions d’obtention du diplôme), il est impératif d’analyser ces tests afin de développer des outils d’évaluation accessibles, équitables et valides.

C’est avec l’objectif d’approfondir les connaissances en matière d’évaluation des compétences linguistiques que le groupe de recherche Mesure et évaluation en langue seconde ou étrangère (MELSE) a été fondé. Il collaborera entre autres avec l’équipe informatique du Centre d’évaluation des compétences linguistiques de l’UQAM (CECL) afin d’étudier leur base de données, qui contient plus que 30 000 résultats de test. Le MELSE souhaite ainsi :

  1. construire un argumentaire de validation (validity argument) pour les tests de langue seconde déjà conçus (CECL);
  2. analyser des méthodes, créer des prototypes de tests et mettre en place des pratiques innovatrices (reconnaissance vocale, mouvements oculaires, etc.) et inclusives pour l’évaluation des compétences linguistiques (évaluations en présentiel et à distance);
  3. mettre en œuvre des stratégies techniques afin de structurer, d’exploiter et d’analyser les données recueillies par le CECL au fil des années;
  4. et développer une collaboration avec des chercheures et chercheurs dans le domaine de l’évaluation linguistique.

Revenir à la liste


Groupe de recherche sur la communication organisante (ReCOr)

Direction : Consuelo Vasquez, Département de communication sociale et publique

Le ReCOr est dédié aux études en communication organisationnelle, plus spécifiquement celles qui s’inscrivent dans une approche constitutive de la communication. Cette approche considère la communication comme étant le processus clé par lequel les organisations, et plus largement la réalité, sont créées, développées, maintenues et transformées. Le programme de recherche du ReCOr se propose ainsi d’étudier et de comprendre le rôle constitutif de la communication dans des contextes organisationnels variés, tels que, entre autres, les organisations à but non lucratif (OBNL), les organisations par projet, les organisations hybrides, celles adoptant des modes d’organisation alternatifs, les organisations culturelles et les organisations d’éducation supérieure.

Site web > https://recor.uqam.ca/
YouTube > https://www.youtube.com/channel/UCDJaJYNpKvR_I6OdBjFtLqA

Revenir à la liste


Groupe de recherche sur l’information et la surveillance au quotidien (GRISQ)

Direction : André Mondoux, École des médias

Le GRISQ a pour mandat d’étudier comment les technologies socionumériques, en tant que vecteurs de production, de cueillette, de circulation et de consommation d’informations, s’inscrivent dans le déploiement des formes de surveillance au quotidien. À ce titre, le groupe mène des études plus approfondies sur la géolocalisation, le phénomène du Big Data et l’application des rapports et des modalités propres aux jeux vidéo à d’autres contextes communicationnels (ludification) comme stratégie de collecte de données.

Site web > http://grisq.org/
Facebook > https://www.facebook.com/LabGRISQ/
Twitter > https://twitter.com/LabGRISQ

Revenir à la liste


Groupe de recherche sur la médiatisation du son (GRMS)

Direction : Simon-Pierre Gourd, École des médias

Le Groupe de recherche sur la médiatisation du son (GRMS) regroupe des créatrices et créateurs dont les pratiques et les recherches portent sur le son en tant que média (sound as media). Il vise à saisir de façon la plus globale possible la réalité sonore sous ses différents aspects. Il a pour mission d’étudier la valeur heuristique et les fonctions du son dans différents contextes, dans le cadre de manifestations sociales, médiatiques, artistiques ou utilitaires. Le GRMS explore les relations entre la production du son, le contexte de sa transmission et ses aspects phénoménologiques. Il permet à ses membres de développer des projets de recherche et de création et permet à des étudiantes et étudiants des cycles supérieurs d’avoir accès à des stages, à du perfectionnement et à des équipes de recherche. Il initie aussi les étudiantes et étudiants de premier cycle à la recherche.

Revenir à la liste


Groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques de jeu et la communication dans les espaces numériques

Direction : Maude Bonenfant, Département de communication sociale et publique, et Gabrielle Trépanier-Jobin, École des médias

Le groupe de recherche Homo Ludens s’intéresse aux pratiques ludiques et à la communication en ligne. Ses intérêts concernent les aspects sociaux, philosophiques et sémiotiques du jeu en adoptant une perspective communicationnelle. Trois axes sont privilégiés :

  1. le rapport à soi, c’est-à-dire les identités en ligne et les nouvelles formes de subjectivité;
  2. le rapport au jeu, soit le concept de jeu, l’organisation des signes et les interfaces;
  3. le rapport aux autres à travers des questions concernant la socialisation, la communication et l’éthique.


Site web > http://homoludens.ca/
Facebook > https://www.facebook.com/groups/LabHLudens/
Twitter > https://twitter.com/HomoLudensUQAM

Revenir à la liste


Groupe d’études et de recherches axées sur la communication internationale et interculturelle (GERACII)

Direction : Christian Agbobli et Caterine Bourassa-Dansereau, Département de communication sociale et publique

Le GERACII a été créé en 2006 par des professeurs spécialisés en communication internationale et interculturelle de l’UQAM. L’idée du GERACII a émergé de leurs échanges et visait au départ à développer une vision communicationnelle des questions internationales et interculturelles tout en s’inspirant des autres traditions disciplinaires. Les membres du GERACII réalisent des projets individuels et communs et sont membres de différents réseaux de recherches et de pratiques en Afrique, en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Europe et au Moyen-Orient.

Site web > http://www.geracii.uqam.ca/

Revenir à la liste


Groupe de recherche sur les jumelages interculturels au Québec (GReJI)

Direction : Myra Deraîche, École de langues, et Philippe Gagné, Cégep Vanier

Rapprocher les communautés est un défi qui se pose à la société québécoise comme à l’ensemble du monde. Pourtant, nombre de francophones et de non-francophones vivent au Québec sans jamais développer de contacts significatifs avec des personnes hors de leur milieu socioculturel. Depuis 2002, des enseignantes et enseignants de l’UQAM y travaillent de façon concrète grâce aux jumelages interculturels. Fort de cette expérience, le Groupe de recherche sur les jumelages interculturels (GReJI) souhaite faire rayonner les jumelages interculturels à plus grande échelle. Le GReJI entend non seulement perpétuer les activités de jumelages au sein de son institution, mais également en favoriser l’essor partout au Québec, au Canada et à l’étranger.

À la fois groupe de recherche et groupe d’action, le GReJI aura plus spécifiquement pour objectifs :

  1. de promouvoir et de soutenir l’établissement de nouveaux jumelages interculturels et interlinguistiques entre divers groupes (francophone, anglophone, autochtone et allophone) et régions au Québec;
  2. d’étudier et de documenter les impacts – sociaux comme pédagogiques – des jumelages interculturels;
  3. d’établir un réseau des différentes expériences similaires existantes au Québec;
  4. de former les professionnelles et professionnels concernés par les contacts interculturels.


Site web > https://jumelagesinterculturels.uqam.ca/greji/

Revenir à la liste


Groupe-Réseaux – Groupe de recherche sur les groupes de travail et les réseaux humains de communication

Direction : Pierre Mongeau et Johanne Saint-Charles, Département de communication sociale et publique

Le Groupe-Réseaux, centre rattaché au CINBIOSE, a pour mission de favoriser le développement de la recherche sur les groupes et les réseaux humains de communication. Les travaux peuvent être regroupés selon quelques grands axes interreliés :

  • réseaux, santé et environnement;
  • réseaux de communication et cognition;
  • réseaux et communautés transdisciplinaires;
  • ainsi que réseaux et groupes de travail. 

Site web > https://groupe-reseaux.uqam.ca/

Revenir à la liste


labdoc – Laboratoire de recherche sur les pratiques audiovisuelles documentaires

Direction : Viva Paci et Diane Poitras, École des médias

Le labdoc rassemble diverses approches et réflexions sur les pratiques de création audiovisuelle qui interrogent la réalité. Sur le plan de la recherche, ses activités se penchent sur l’étude des traditions du cinéma dit « du réel », des formes de création documentaire, des explorations contemporaines (transmédia, jeux documentaires, webdocumentaires, narrations interactives). Sur le plan de la création, il expérimente des modes de production et de diffusion en ligne de la recherche documentaire et élabore des événements de médiation culturelle du cinéma du réel (cycles de films, rencontres professionnelles).

Site web > https://labdoc.uqam.ca/
Facebook > https://www.facebook.com/labdoc.uqam/

Revenir à la liste


Labfluens – Laboratoire sur l’influence et la communication

Direction : Camille Alloing, Département de communication sociale et publique

L’influence comme objet de recherche en sciences sociales, et en communication en particulier, mobilise de nombreuses définitions et approches, mettant en leur centre aussi bien les médias que les interactions sociales. L’influence peut être abordée sous un angle psychosociologique comme le résultat d’un acte de communication sur les comportements ou les représentations sociales des publics, comme le résultat d’un processus de mise en circulation des idées et des opinions ou comme un ensemble de pratiques et de stratégies visant la persuasion.

Que ce soit dans les recherches universitaires ou dans les discours destinés aux praticiennes et praticiens, les travaux en marketing et en psychologie dominent les discussions sur l’influence comme objet que l’on pourrait théoriser, analyser, quantifier et manipuler, voire mettre en marché. Les théories de l’influence peuvent-elles se départir de ces approches? Enrichir notre champ conceptuel en discutant d’influence par le prisme d’autres notions comme la prescription, la recommandation, les routines et la familiarisation, la confiance, le rôle d’un tiers symbolisant ou la place de la réputation dans le processus permettra de renouveler notre compréhension du concept.

Le Labfluens, le Laboratoire sur l’influence et la communication, propose d’interroger les pratiques communicationnelles qui permettent à l’influence de s’exercer dans un contexte donné et d’ainsi générer des effets ou des affects tangibles, d’être un objet quantifiable, manipulable, qui génère l’adhésion (ou l’acceptation), l’engagement ou encore la mobilisation. Plus particulièrement, il vise à développer des recherches collectives, des productions (rapports, analyses) et des événements se concentrant sur les actions organisationnelles génératrices d’influence : relations publiques, gestion de communautés en ligne, mobilisation d’influenceuses et d’influenceurs numériques, astroturfing, lobbying, mécénat, publicité, agnotologie ou relations de presse.

Le programme de recherche du Labfluens se développe autour de trois axes :

  1. les pratiques de l’influence;
  2. les métiers et marchés de l’influence;
  3. et l’influence comme concept.

Site web > https://labfluens.uqam.ca/

Revenir à la liste


Laboratoire d’analyse de presse Caisse-Chartier

Direction : Olivier Turbide, Département de communication sociale et publique

Le principal mandat du Laboratoire d’analyse de presse Caisse-Chartier est d’assurer l’amélioration des connaissances dans le domaine de l’analyse de presse et, plus largement, de l’analyse de contenu. Selon cet objectif, le laboratoire réalise différentes études, dont une série portant sur la triangulation du discours public.

Revenir à la liste


Laboratoire de recherche en médias socionumériques et ludification

Chercheur : André Mondoux, École des médias
Cochercheure : Maude Bonenfant, Département de communication sociale et publique

Le Laboratoire de recherche en médias socionumériques et ludification regroupe le GRISQ et HomoLudens. Il vise la capture systématique, consultable et archivable de données à la fois sur le contenu et le contexte des usages des technologies de communication mobile en étudiant tout particulièrement les stratégies de ludification utilisées sur ce genre de plateformes et les effets d’une production massive de données sur les usagers. Ainsi, les recherches menées au sein du laboratoire se divisent en trois volets distincts, mais interreliés :

  1. les médias socionumériques dans le contexte de la mobilité et qui exploiteront les technologies de géolocalisation;
  2. les stratégies de ludification utilisées par les médias socionumériques et les ponts de plus en plus nombreux avec le monde des jeux vidéo;
  3. et la production, la cueillette et l’utilisation des quantités massives d’informations produites par les usagères et usagers et qui prennent désormais le nom de Big Data ainsi que leurs effets sur les médias socionumériques.

Revenir à la liste


Laboratoire de recherche sur la culture de grande consommation et la culture médiatique au Québec (Labopop)

Chercheures principales : Stéfany Boisvert, École des médias, et Gabrielle Tremblay, Département d’études littéraires

Le Laboratoire de recherche sur la culture de grande consommation et la culture médiatique au Québec concilie les besoins de la recherche en histoire culturelle et les possibilités offertes par la technologie dans le contexte des humanités numériques, et ce, afin de montrer comment et dans quelle mesure la culture de grande consommation et la culture médiatique contribuent à structurer l’imaginaire collectif québécois des années 1920 à nos jours. Prenant pour objet les romans en séries, la chanson, la littérature radiophonique, la littérature en fascicules, la télévision populaire et les best-sellers, il permet de les saisir comme productions à la fois matérielles, culturelles, médiatiques et formelles, dans une perspective multidisciplinaire qui contribue à en dégager les aspects systémiques. En plus de fédérer un ensemble de données dispersées, difficilement accessibles et peu maniables sous leur forme actuelle, le Laboratoire permet de les organiser et de les interroger dans une perspective novatrice en les mettant en relation. Le Laboratoire contribuera ainsi à mettre au jour les processus d’appropriation culturelle à l’œuvre dans et par l’imaginaire médiatique québécois, de même qu’il permettra de comprendre comment, à travers cet imaginaire, se cristallisent différents états du rapport au monde qui prédominent à chaque époque.

Site web > http://labopop.uqam.ca/

Revenir à la liste


Observatoire des réseaux et interconnexions de la société numérique (ORISON)

Direction : Tchéhouali Destiny, Département de communication sociale et publique

L’Observatoire des réseaux et interconnexions de la société numérique (ORISON) est une initiative portée par le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM), en partenariat avec l’Internet Society Québec (ISOC Québec). Il vise à étudier les divers aspects de la transformation numérique des sociétés dans une nouvelle ère d’interconnexions mondiales. L’observatoire a pour mandat de recueillir, d’analyser et d’interpréter des données permettant d’évaluer les impacts du numérique, et en particulier de l’Internet, sur l’économie, le commerce, la culture, la communication, le développement et la coopération internationale.

ORISON produit des analyses comparatives des dynamiques transnationales d’accès, de diffusion et d’appropriation de l’Internet et des innovations numériques au sein de sociétés de plus en plus connectées et en réseaux. Ce faisant, l’observatoire accorde une attention particulière à l’étude des nouvelles formes et trajectoires de gouvernance et de régulation de l’Internet ainsi que des flux de données/produits/services numériques, dans le but d’élaborer des diagnostics permettant de mieux éclairer les grandes tendances et d’influencer les stratégies et les politiques publiques.

Revenir à la liste

Faculté de communication

La Faculté de communication est le plus important pôle d’enseignement, de recherche et de création en communication au Canada. Sa poursuite de l’excellence repose sur la qualité de ses programmes, la renommée de ses diplômées, dipl et son étroite collaboration avec les milieux professionnels.

Suivez-nous

Université du Québec à Montréal
Faculté de communication
Pavillon Judith-Jasmin
1495, rue St-Denis
Montréal (Québec) H2X 3S1